« C’EST UN PROJET CHIFFON, TU EN CRÉERAS UN VRAI PLUS TARD »

« C’EST UN PROJET CHIFFON, TU EN CRÉERAS UN VRAI PLUS TARD »

De Lorna Bismuth

« C’EST UN PROJET CHIFFON, TU EN CRÉERAS UN VRAI PLUS TARD »

Il y a quelques mois, j’ai assisté à une MasterClass sur l’entreprenariat, et j’y ai beaucoup appris. Mais pas sur ce à quoi je m’attendais.

L’entrepreneur accompli qui a tenu la conférence était brillant, il nous a raconté son parcours dans la tech, la création de son entreprise et puis son évolution avec l’émergence de l’intelligence artificielle

À la fin de la masterclass, nous sommes une quinzaine à s’être approchés pour lui poser nos questions et il nous a d’abord demandé de nous présenter.

Quand vient mon tour, j’annonce fièrement avoir obtenu un Master 1 à Paris-Dauphine et puis avoir créé LORELLE, une marque de cookies artisanaux surgelés, grâce à laquelle je compte bien révolutionner le monde du surgelé en France. 

Il me répond alors en souriant et devant tout le monde « Oui bon, c’est un projet chiffon, tu en créeras un vrai plus tard ». 

J’aurais aimé vous raconter que j’ai superbement défendu mon concept, qu’il a finalement adoré l’idée, mais j’ai simplement bégayé quelques secondes avant qu’il passe à la personne suivante. 

Quand je suis rentrée chez moi, j’ai réfléchi à ses paroles et pour être honnête, j’y ai cru. Et si Lorelle n’était qu’un chiffon ? Je me suis endormi le cœur lourd. 

Puis le lendemain, je me suis questionnée : 
Qu’est ce qui lui a laissé penser que mon projet n’était pas digne d’intérêt et rien de plus qu’un pauvre chiffon ? 
Parce que je suis une femme ? 
Parce que j’ai 22 ans ? 
Parce que je me lance dans la food, un milieu bien plus « léger » que la tech ou l’intelligence artificielle 
Où est-ce simplement ma façon de l’aborder, de le présenter ? 

Après réflexion, je me suis dis que ce devait sûrement être pour un mélange de toutes ces raisons.

Mais pourquoi juger aussi rapidement ?

Et puis, quand bien même il ne voyait aucun potentiel dans mon entreprise, peut être en me laissant m’exprimer quelques secondes de plus, il aurait peut être pu en voir en moi. 

Mais, grâce à cet « incident », j’ai passé les jours suivants à travailler ma façon de me présenter, de présenter LORELLE, d’en parler différemment pour laisser transparaître le travail acharné que je fournis jour après jour pour emmener cette entreprise le plus loin possible. 
 
Et vous savez quoi ? Maintenant, j’attends le jour où je pourrai le remercier parce que mon projet chiffon vaudra des millions !